Lutte libre – les hommes

Depuis des temps immémoriaux la lutte était populaire parmi les montagnards. Son développement dans la république en tant que sport est facile sur un terrain fertile, car la population locale est généralement considérée comme génétiquement prédisposée à la lutte de puissance. La vie dure dans les montagnes, la lutte constante avec les invités non invités ont contribué à la formation d’un type de personnes caractéristiques, différant par la force physique, le caractère intransigeant, la détermination et la volonté. Dans les temps anciens, la lutte faisait partie du système d’entraînement physique des groupes ruraux d’autodéfense, c’était le divertissement préféré des montagnards, sans lequel il n’y avait pas une seule fête nationale. Les gagnants des concours étaient très respectés parmi les gens, ils étaient la fierté du tukhum et des villages.

Les vrais héros se trouvaient parmi eux, dont la renommée a intensifié bien au-delà du Daghestan. Mama Mahtilaev, mieux connu sous le nom Sali Suleiman, Al-Klych Hasaev, Osman Abdurakhmanov-Kikuninskiy – ces naturels de la campagne ont agi avec brio – à l’aréna du cirque des capitales du monde, pour le plus grand plaisir de la démonstration publique des tours de puissance et de vaincre les lutteurs les plus forts de son temps.

Des années plus tard, ils ont pris d’Ali Aliyev, jeté les bases de la victoire des athlètes du Daghestan aux Championnats du monde. Ali Aliyev, cinq fois remporté les Championnats du monde, avant qu’il personnes des lutteurs soviétiques et étrangers n’a pu. Trois fois il a été honoré avec le droit de représenter le pays aux Jeux Olympiques, mais un grand athlète, un leader mondial reconnu a fatalement été malchanceux dans cette compétition, trois fois il étroitement approché le podium, mais n’a pas pu grimper dessus.

Les années 1970 sont l’une des plus réussies de l’histoire du sport au Daghestan. Enfin, dans la république il y avait un champion olympique en sport de la lutte. Cet événement important se produisit aux Jeux de 1972 à Munich, où Zagalav Abdulbekov se produisit avec brio, devenant le premier lutteur du Caucase du Nord à atteindre la plus haute scène du piédestal olympique.

Aux Jeux de 1976 à Montréal, son exploit a été répété par Vladimir Yumin, et quatre ans plus tard à Moscou, deux lutteurs du Daghestan – Magomedgasan Abushevi, Saipulla Absaidov – ont reçu des médailles olympiques d’or.

Au début des années 1990, après une récession la situation dans la lutte a considérablement amélioré, et il est connecté avec le nom de la tête de la Fédération républicaine des arts martiaux – Gamid Gamidov. Chef énergique élu par le député de la Duma d’Etat de la Fédération de Russie occupé le poste de ministre des finances RD, a soutenu et d’autres sports. Maintenant, la fédération est dirigée par son frère Abdusamad Gamidov où depuis de nombreuses années lutteurs daghestanais tiennent fermement la position de leader dans le pays et obtenir des résultats toujours élevés lors des compétitions internationales les plus prestigieuses.  Le gouvernement adopte le programme cible républicain «sur la préparation des athlètes daghestanais pour les Jeux Olympiques d’été en 1996 à Atlanta (Etats-Unis)». Fournir des athlètes de premier plan avec toutes les conditions nécessaires, ainsi que des mesures d’incitation matérielle ne pouvaient que nuire à la croissance des résultats sportifs. À Atlanta, l’hymne national russe en l’honneur des lutteurs Buvaysar Saytiev, Hadzhimurad Magomedov a joué deux fois et quatre ans plus tard médailles d’or olympiques de Sydney ont été remportées par trois étudiants des écoles de la lutte du Daghestan – Murad Umahanov, Adam Saytiev et Sagid Murtazaliev.

Dans les années 2000, les lutteurs du Daghestan continuent de se réjouir de leurs victoires au début du quatrième siècle. Aux Jeux de 2004 à Athènes, Buvaysar et Mavlet Batyrov se place la plus haute marche du piédestal. Quatre ans plus tard à Pékin, ces lutteurs répètent leur realization. Shirvani Muradov et Ramazan Irbaykhanov seront également champions du tournoi de lutte olympique. Il serait encore quatre ans, et aux Jeux de Londres, la liste des vainqueurs olympiques-daghestanais reconstituera par les noms des lutteurs de style du sport de la lutte Jamal Otarsultanov et Sharip Sharipov.

En 2016, le prochain cycle olympique ont pris fin par les Jeux à Rio de Janeiro. Cette Olympiade a également apporté l’or à Daghestan, qui a été remporté par Abdulrashid Sadulayev.