Daghestan est la république sportive

LE SPORT DANS LE DAGHESTAN: LES ÉTAPES D’UN CHEMIN

Le daguestan est considérée à juste titre comme la république de sport. Par le nombre de formés des champions olympiques et des champions du monde, le petit bord de montagnes, est au progrès de la Fédération de Russie et dépasse de plus de deux cents états.

Le mouvement physique naissait dans les années 20 du 20e siècle. Alors les premières section de sport s’ouvraient. C’était la période difficile après révolutionnaire où l’idéologie, fondée sur la classe d’approche, a recensé des formes et des méthodes de travail, subordonné à un objectif commun: la formation de l’homme soviétique. Sur cette base, la préparation physique de la population, et en premier lieu les jeunes, était indissolublement lié à l’éducation idéologique et militaire de patriotique. Mais en dépit des inflexions et des défauts évidents de cette période, c’est dans ces années, à un rythme accéléré un système national de l’éducation physique a été créé en république, les premiers professionnels des cadres ont été préparé – de l’enseignant d’éducation physique, les entraîneurs – des enseignants de plusieurs disciplines sportives, y compris dans le sport national.

A partir de 1936, les nouvelles possibilités s’ouvrent au Daguestan pour le développement de la culture physique et des sports, qui était due à l’institution du comité spécialisé du, en tant qu’organe de l’état. Le collectif de la nouvelle sportive de l’office s’est mis au travail avec l’enthousiasme, mais déployer son activité, il ne l’a pas fait tiut de suite – la Grande guerre Patriotique a fait des ajustements.

Années d’après-guerre ont été marquées par une nouvelle étape dans le développement de l’éducation physique et du sport dans le Daghestan. Les manifestations ont commencé a avoir lieu partout. Élèves, étudiants et adultes ont participé activement à toutes sortes d’événements, volontiers visité les sections sportives, qui s’ouvrent lors de la remise en forme dans les associations de sport «Burevestnik», «Dynamo», «Spartak», «Trud».

À la fin des années 1950 et au début des années 1960 les jeux de sports ont commené être cultivées au Daghestan – volley-ball, football, handball, motoball, ainsi que des disciplines telles que l’escrime, le tir à l’arc et tir par balle. Les arts martiaux populaires parmi les Dagestanis ont reçu la poursuite du développement – le sport de la lutte et la lutte gréco-romaine, la boxe, le sambo et le judo. Toutefois l’infrastructure sportive a été amélioré, la situation matérielle et technique des écoles sportives renforcait, une grande attention a été accordée à la préparation des services d’entraneur personnel.

Chaque année dans le pays le nombre de maîtres de sports de l’URSS a augmenté. Parmi les premiers les athletés Ali Isaev et Omar Murtuzaliev, égale intervenants en sport de la lutte et sambo Surakat Asiyatilov, Stanislav Hajiyev, et Suleiman Efendiyev, gymnaste Camille Munchaev, acrobate Eugène Smirnov, l’épéiste Grégoire Sklar, Ruslan Kuguchev et Vladimir Nazlymov ont été honorés de ce titre.

L’année 1959 est répertoriée séparément dans l’histoire du sport Daghestan. Ali Aliev a ecrit son nom alors, à l’origine des victoires du daghestan athlètes aux championnats du monde. N’est guère un hasard, que c’est le lutteur le premier parmi les Dagestanis monta au plus haut niveau de ces prestigieuses compétitions. La lutte depuis des temps immémoriaux joui d’une popularité chez les montagnards. Les vrais héros ont été parmi eux dont la gloire a un pas au-delà de la Bouriatie. Mama Mahtilaev, plus connu sous le nom Sali Suleyman Al-Klych-Hasaev, Osman Abdurahmanov-Kikuninskiy – ces pépites au milieu de nulle part avec des paillettes étaient au cirque arènes capitales du monde, provoquant l’enthousiasme par le public une démonstration de force d’astuces et de victoires sur les plus forts combattants de son temps.

Dans la seconde moitié des années 1960 deux événements importants dans la vie sportive de la république ont eu lieu, donné une puissante impulsion à la poursuite du développement populaire au Daguestan de football et du sport de la lutte. En 1967, l’équipe de Makhachkala «Dynamo» est devenue championne de la zone de championnat, puis en remportant lorsque rempli les tribunes sur la scène des tournois, a obtenu le droit d’agir dans le championnat de la classe au-dessus du championnat de l’URSS.

Un grand intérêt parmi les fans a été suscité par le championnat d’URSS du sport de la lutte organisé pour la première fois au Daguestan. Dans Makhatchkala des athlètes des quatre catégories poids se sont réunis, dans deux d’entre eux les maîtres ont excelé – Ali Aliev et Yuri Chahmuradov.

Les années 1970 sont les plus réussis dans l’histoire du sport du Daghestan. Enfin, dans la république il y avait un champion olympique du sport de la lutte. C’est un événement qui s’est passé sur les Jeux de 1972 à Munich, où Zagalav Abdulbekov a rivalisé merveilleusement, devenant ainsi le premier lutteur dans le Caucase du Nord, montant au plus haut niveau du piédestal olympique.

Sur les Jeux de 1976 à Montréal, Vladimir Yumin a répété sa réalisation, et quatre ans plus tard à Moscou, deux combattants du daghestan-вольников – Magomedgasan Abushevi Saipulla Absaidov – ont été honoré de médailles d’or olympiques.

«Dynamo» de Makhachkala de nouveau rappelé à propos de lui, dont le succès de l’intervention dans la saison 1975, a provoqué une véritable football boom dans la république, dans la même année phare de football du Daghestan a remporté championnat de zone du championnat national de deuxième ligue et a remporté la Coupe de la RSFSR.

Dans la prochaine décennie les violentes processus politiques ont commencé à se produire dans le pays, la restructuration et le changement économique de la formation sont accompagnés de bouleversements dans la société et, finalement, conduit à l’éclatement de l’URSS. Cette période difficile, qui est entré dans la seconde moitié des années 1980 et le début des années 1990, ne pouvait pas affecter de l’industrie sportive, expérimenté de grosses difficultés. Cependant, en dépit de l’instabilité politique et des difficultés économiques dans le pays, au Daghestan on a pu maintenir une base matérielle et technique, de professionnels, de survivre et de préserver tous les précieux qui a été fait précédemment, et de continuer à jouer un rôle actif de remise en forme-une activité sportive. Dans la république les nouvelles écoles de sport s’ouvrent, des journees organisent parmi les ruraux et les travailleurs de la santé, de la jeunesse étudiante des étudiants.

Dans les années 1990 la fédération des arts martiaux du Daghestan a été créé, et quatre ans plus tard à sa base éponyme d’affaires a été créé, reçu le soutien du gouvernement. Au moment où le karaté a été légalisé, ushu-taolu et sanda, boxe thaï, kyokushinkai, le taekwondo et d’autres arts martiaux ont gagné en popularité. Aujourd’hui, lors de la DCBI les 12 arts martiaux cultivent. Dans la plupart d’entre eux les athletes du Daguestan sont dans les rôles principaux dans le pays, ils ont également réussi représentent la Russie sur la scène internationale, gagnant de la médaille la plus prestigieuse des compétitions.

Au début des années 1990, après un certain ralentissement la situation en sport de la lutte s’est amélioré sensiblement. Le gouvernement prend républicain le programme cible «Sur la préparation du daghestan des athlètes aux jeux Olympiques d’été de 1996, à Atlanta (États-Unis)». D’assurer des principaux athlètes de toutes les conditions nécessaires, ainsi que des mesures de stimulation ne pouvaient pas influer sur la croissance des résultats sportifs. À Atlanta l’hymne de la Russie a joué deux fois en l’honneur des lutteurs Khadzhimurad Magomedov et Buvaysar Saytiev, et quatre ans plus tard dans le stade olympique de Sydney médailles d’or, trois élèves du daguestan l’école de lutte – Murad Umakhanov, Adam Saitiev et Sagid Murtazaliev.

En 1999, événement spectaculaire s’est produite pour la poursuite du développement dans la république de football – équipe de «Anji», menée par une autorité dans le pays spécialiste Hadji Hadjiyev est sorti dans les ligues majeures, où dans la prochaine saison à la quatrième place.

Une attention accrue au cours de ces années a été accordée à l’amélioration de l’infrastructure sportive. À Makhatchkala, le stade «Dynamo», complexe sportif nommé A. Aliyev ont été reconstruits, le centre Régional de formation sportive nommé Sh. Shamhalov et la nouvelle l’entraînement, la base de formation «Anji» ont mis en service, À Kaspiysk le stade de «Khazars» est construit, À Khasavyurt – Palais des sports nommé G. Gamidov. Sur la base d’un centre Régional de formation sportive et l’Institut de la culture physique ouvert en 1995, le centre scientifique de la formation continue, le recyclage et la formation des professionnels de l’industrie sportive a été créé.

Dans les années 2000 les athletes du Daguestan réjouissent de leurs victoires sur les principales compétitions des quatre dernières années. La première olympique «or» dans la boxe Gaidarbek Gaidarbekov a apporté. Ce qui s’est passé sur les Jeux de 2004 à Athènes, où Buvaysar Saytiev et Mavlet Batyrov ont grimpé également sur la plus haute piédestal. Au bout de quatre ans à Pékin ces remarquables lutteurs répéteront son exploit. Shirvani Muradov et Ramazan Irbaykhanov seront également champions du tournoi de lutte olympique. Il serait encore quatre ans, et aux Jeux de Londres, la liste des noms des vainqueurs olympiques-Daghestan réapprovisionnera et judoka Mansur Isaev et Tagir Haybulaev, lutteurs Dzhamal Otarsultanov et Sharip Sharipov.

Il y avait aussi des moments dorés pour « Anji ». Le propriétaire du club Makhachkala en 2011 était l’homme d’affaires du Daghestan Suleiman Kerimov. L’équipe a été reconstituée avec des joueurs russes et étrangers forts, y compris les étoiles de taille mondiale Roberto Carlos et Samuel Eto, O. Au cours de la saison 2012-2013, le club Makhachkala, sous la houlette du célèbre sélectionneur néerlandais Guus Hiddink, a réalisé la plus grande performance de l’histoire du football au Daghestan en remportant des médailles de bronze au championnat national. En outre, « Anji » a atteint la finale de la Coupe de Russie, et a également atteint la finale 1/8 de la Ligue Europa. L’équipe organise des matchs à l’ancien stade Khazar, qui a été reconstruit conformément aux normes internationales et rebaptisé « Anzhi Arena ». Au club, l’Académie de football est ouverte, où dans des conditions répondant à toutes les exigences modernes, une réserve est préparée pour l’équipe principale de la république.

Depuis 2010, la République est devenue le lieu de grands événements tels que la Coupe du monde du sport de la lutte, demi-finale de Coupe de Russie de volley-ball, Championnat national de taekwondo et du sport de la lutte, finale de la Coupe de Russie du football et rugby. De plus en plus populaires et des tournois internationaux traditionnels – Mémoire de Aliyev, et «Coupe intercontinentale» dans la lutte, ainsi qu’un Memorial  M.S. Umakhanov de la boxe.

La tenue du concours d’un tel haut rang a été rendu possible grâce à la construction de nouvelles installations, et en particulier, la mise en service en 2011 des plus grandes installations sportives d’intérieur dans le Caucase du Nord – les palais des sports nommé A. Aliyev à Kaspiysk. Au total, au cours des dernières années dans le cadre de la mise en œuvre des programmes fédéraux ciblés et des fonds extrabudgétaires et des fonds municipaux mis en service plus de 200 installations sportives. Le plus important d’entre eux – le stade «Troud  et «Daghestan Centre de volley-ball» à Makhachkala, l’école de la réserve olympique de football à Kaspiysk, complexes sportifs Kizlyar, Babayurt, Karabudahkente et Kizilurt.

Un grand avantage pour les fans du jeu de millions et les fans d’exercices de force ont été lit 50 terrains de football et de mini-football avec des surfaces artificielles et 40 camps d’entraînement érigés « Workahout ».

Les progrès significatifs réalisés ces dernières années dans l’amélioration de l’infrastructure sportive de la République ont élargi les possibilités d’attirer un mode de vie actif, organisation des événements sportifs. À cet égard, le décret du président de la Fédération de Russie V.Putin sur la relance du complexe de remise en forme et de santé « Prêt pour le travail et la défense ». Conformément à ce plan, un plan a été approuvé au Daghestan pour la mise en œuvre progressive du GTO, qui est mis en œuvre avec succès dans les villes et les régions.

Le 6e Festival de la culture et des sports des peuples du Caucase, où l’équipe nationale du Daghestan a pris la première place, s’est tenu en 2015 au Trud Stadium, un événement majeur dans le mouvement de la culture physique de la république.

Il y a aussi une nouvelle période de développement du volleyball au Daghestan. L’équipe de maîtres « Daghestan » se produit avec succès dans le championnat national. En 2016, l’équipe a obtenu le meilleur résultat dans l’histoire du volley-ball Daghestanais – a pris la troisième place dans la Premier League «A».

En 2016, les Jeux de Rio de Janeiro ont mis fin au prochain cycle olympique. Les droits de participer au départ principal du quadruple ont été obtenus par 24 sportifs du Daghestan représentant la Russie et les pays étrangers. Ils ont joué dans trois styles de lutte, le judo, la boxe et le taekwondo. En raison d’entre eux – deux médailles d’or, qui ont été attribués lutteur Abdulrashid Sadulaev et taekwondo Radik Issaev, une d’argent et sept de bronze. Petit Daghestan, si elle est représentée par une équipe distincte, le nombre de prix remportés serait entré dans le top trente meilleurs parmi les 206 pays participant aux Jeux de Rio.